Cyberrisque
3 min de lecture

Démystifier le dark Web

Communiquez avec un courtier

Lors d’une telle attaque, savez-vous où vont vos données ainsi « volées »? Entre les mains de pirates informatiques chevronnés, elles pourraient être distribuées à qui veut bien payer sur ce qu’on appelle le dark Web ou Web clandestin.

Qu’est-ce que le dark Web?

Il est en fait la partie cachée du Web mondial, inaccessible à monsieur et madame Tout-le-Monde utilisant des navigateurs populaires comme Microsoft Edge, Mozilla Firefox ou Google Chrome. Autrement dit, vous n’aurez sans doute jamais à vous retrouver à cet endroit autour duquel vous entendez régulièrement des histoires pas très reluisantes.

En effet, la face cachée de l’Internet est généralement décrite comme dangereuse et comme un endroit où se déroulent toutes sortes d’activités illicites : vente de drogues, trafic d’armes à feu, échange de cartes de crédit volées, vol d’identités et pire encore. Alors, si on connaît la nature de cette partie du Web, pourquoi les autorités ne ferment-elles tout simplement pas le réseau, direz-vous ? Parce qu’en réalité, il peut être bénéfique à certains égards…

Des débuts honnêtes

Il est faux de penser que le dark Web a été créé pour des activités frauduleuses par des bandits en manque de sensations fortes. En fait, il a été développé par le gouvernement américain, entre autres pour des communications secrètes avec des agences de renseignements. Au fil du temps, plusieurs pays y ont adhéré également, ce qui fait qu’aujourd’hui, le réseau dispose de plusieurs serveurs mis en place à travers le monde. Si on débranchait le réseau du côté américain, le reste du réseau ne cesserait pour autant d’exister.

Aucune organisation, aucune entreprise ou aucun gouvernement n’en est responsable ou capable d’y faire appliquer des règles. C’est la raison pour laquelle il est généralement associé à des activités illégales.

Anonymat ne rime pas toujours avec criminalité

Comme mentionné plus haut, le dark Web ne se limite pas aux activités illicites. Il s’agit d’un environnement sûr permettant aux journalistes de partager le résultat de leurs enquêtes, il sert aux citoyens vivant en pays de dictature afin de communiquer librement, il est toujours de mise pour les communications secrètes des services de renseignement et est aussi un outil pour les militants politiques.